Nos marchés immobiliers

L’immobilier résidentiel a toujours été un marché particulier qui ne répond pas aux fondamentaux économiques.

L'activité immobilière redécolle en France

L'activité immobilière redécolle en France

Malgré des indicateurs fébriles et un environnement à forte volatilité, la robustesse du secteur résidentiel est toujours aussi incontestable. Ce phénomène est principalement dû au fait que la majorité des investisseurs sont des propriétaires ou des bailleurs privés.

Aujourd’hui, ce contexte favorable se traduit notamment par une progression du nombre des transactions, aidé par des taux d’emprunts historiquement bas et les récents dispositifs mis en place (PTZ, Pinel etc.). Par ailleurs, la hausse des volumes de ventes impacte également les prix de la Pierre, qui retrouvent de ce fait une tendance à la hausse dans les marchés sous tension. La région parisienne reflète particulièrement ce phénomène. Ainsi se dessinent, pour le marché immobilier français, deux typologies d’investissement :

  • la création de logements neufs dans les zones tendues, où la forte demande combinée à la pénurie de foncier apporte une stabilité aux prix;
  • l’acquisition de biens anciens décotés générant des plus-values à court terme.
L’immobilier allemand : un cas atypique en Europe

L’immobilier allemand : un cas atypique en Europe

Au début des années 90, la chute du mur de Berlin et l’ouverture de la CEI ont provoqué un afflux massif de population, demandeuse de logements Outre-Rhin. Face à cette conjoncture inédite, les banques allemandes ont pris la décision de durcir de manière drastique les conditions d’octroi de prêt, encadrant de fait la hausse des prix du logement. Au fil des années, alors que les prix doublaient dans d’autres pays d’Europe (tels que la France ou le Royaume-Uni), ils n’avaient progressé que de 10% en Allemagne

Depuis 2008, la faiblesse des niveaux de prix, couplée à une économie robuste, a entrainé un fort intérêt de la part des investisseurs locaux et étrangers. Si cela a mécaniquement provoqué une augmentation des prix, ils restent actuellement sous-évalués par rapport aux autres pays européens. Cette hausse est particulièrement sensible au cœur même de Berlin. Toutefois, d’autres métropoles et bassins d’activités présentent des biens résidentiels de qualités.